Rechercher
  • Valerie Leblanc

L'évitement


L’évitement, est-ce vraiment une solution saine? Je ne crois pas. Et en premier lieu, pourquoi? Qu’est-ce qui dans l’évitement semble attirant? Possiblement l’idée qu’on ne sera pas confronté à notre propre malaise, qu’il est facile de ne poser aucune action. L’idée que de toute façon, l’autre personne « devrait » savoir. C’est peu souvent le cas. Du moins, pas complètement. Rares sont les cas où la personne qui est laissée par exemple, va arriver à voir la situation dans son ensemble, avec ses propres lunettes sur la vie, mais aussi avec celle de l’autre. Éviter, c’est un peu se sauver en courant et nier ce que l’autre peut ressentir. C’est laisser la peur nous gagner et ne pas s’offrir l’occasion de grandir, d’évoluer et d’améliorer sa communication tout simplement. Il est vrai que l’évitement a son côté alléchant. Dans une société qui roule à 100 mille à l’heure, pourquoi prendre le temps d’expliquer honnêtement les choses, prendre le temps de se demander comment affronter certaines situations? La réponse est aussi simple que tout ce qui est évité, ne peut généralement pas l’être éternellement. Un jour, la vie nous ramène à une situation où confronter et même affronter ne devient plus une option. Par exemple, regarder la télévision jusqu’à 1h00 du matin pour éviter de se coucher en même temps que l’autre parce que nous n’avons pas envie d’une intimité sexuelle… À un certain moment, les vraies questions surgiront. Pourquoi est-ce que nous ne faisons plus l’amour ou même nous aimons-nous encore ? Sexualité et amour ne sont pas toujours interreliés, mais l’idée est que l’évitement peut avoir sa date de péremption. Qui plus est, le partenaire risque de se sentir encore plus blessé lorsque nous révélons une chose dans le genre, « cela fait un an que je n’ai plus de désir » versus, prendre le taureau par les cornes et s’ouvrir rapidement à son partenaire sur la perte d’intérêt libidinale. Lorsque les choses sont nommées, il devient plus facile de les comprendre, mais aussi de trouver les solutions appropriées. Que ce soit par rapport à la personne avec qui vous n’êtes plus bien, à celle que vous fréquentez de temps en temps, à votre partenaire de vie…Éviter l’évitement. Soyez vous, mais soyez franc.


22 vues