Rechercher
  • Valerie Leblanc, sexologue et psychothérapeute

L'abc du grand O !

Mis à jour : avr. 26


L’orgasme, ce 6 à 20 secondes de plaisir que beaucoup voient comme la consécration de l’acte sexuel… Ce pic de plaisir n’est pas toujours facile à atteindre et peut causer un stress important pour celles qui n’y arrivent pas. Avec la pression de performance qui nous touche même dans le lit, la recherche de l’orgasme se veut de plus en plus importante. Le sentiment de manque de contrôle sur la réponse sexuelle peut être vécu comme un problème et en arrive parfois à mettre un poids sur les couples. Chaque personne est différente et plusieurs raisons peuvent expliquer les difficultés reliées à l’orgasme. Une évaluation sexologique est nécessaire pour offrir le bon suivi et les bons outils. Toutefois, certains éléments sont généralisables et peuvent aider à trouver un meilleur contrôle de l’excitation. Quelques pistes à explorer…

Tout d’abord, coup d’œil sur la réponse sexuelle, selon Master et Johnson, pionniers de la sexologie :

Excitation--plateau--orgasme--résolution

(Des versions plus modernes ajoutent la phase du désir au tout début de la série).

Questionner ses croyances

L’orgasme dépend d’abord de sa capacité d’être à l’aise avec soi-même, puis avec l’autre lorsque nous sommes avec un partenaire. Plusieurs facteurs peuvent expliquer le fait qu’une femme n’ait jamais ou rarement eu l’orgasme : valeurs religieuses, manque d’éducation à la sexualité, injonctions parentales, attitude vis-à-vis du sexe, etc. S’ajoute parfois la peur. Est-ce que le plaisir va me submerger? Vais-je perdre tout contrôle? Vais-je devenir complètement dépendante de ce plaisir? Si je connecte entièrement à la sexualité, je verrai possiblement une image de moi que je ne veux pas voir…

  • Commencez par réfléchir à votre vision de la sexualité. Est-elle restrictive ou permissive? Avez-vous l’impression de bien vous connaître, ne serait-ce qu’anatomiquement?

  • Réfléchir à certains évènements de la vie qui ont pu influencer vos sentiments et vos attitudes face au sexe.

Les croyances peuvent être confrontées par exemple, en lisant sur le sujet de la sexualité, en parlant de sexualité avec des personnes de confiance et en rationalisant ses peurs.

Connecter à son corps

Partez à la recherche de votre plaisir sexuel en solo. Prenez un long bain ou une douche, créez un moment propice à la détente (essayez de stimuler les 5 sens : chandelles, mousse, musique douce, tisane, huiles essentielles, etc.). Donnez-vous du temps. L’orgasme peut être un idéal, mais le chemin pour l’atteindre est aussi agréable. Plus vous vous dites qu’il « faut » atteindre l’orgasme ou que vous êtes « incapable », plus cela risque de créer un stress nuisible à l’atteinte du but. On respire et on se détend!

Observer les différences de textures du corps, ses sensations, identifiez chacune des parties de la vulve, puis appropriez-vous votre corps. Soyez à l’écoute de vos sensations en étant dans la pleine conscience, en vous concentrant sur le moment présent le plus possible. Essayez différents types de caresses dans un but exploratoire et non dans un stress de performance.

Une fois à deux, misez sur les préliminaires, communiquez vos préférences et répétez vos apprentissages « solo ».

(Pour aller plus loin sur cet aspect (adulte et anglais): www.omgyes.com)

Connecter à l’imaginaire

Le cerveau est l’organe numéro un de la sexualité. Si vous pensez à votre liste d’épicerie pendant l’amour, il est peu probable que vous mainteniez une excitation suffisante pour monter à la phase du plateau et à l’orgasme. Pensez aussi à l’environnement. Si vous avez peur d’être dérangé ou que des bruits importants sont présents, il sera plus difficile de « décrocher » et de plonger dans la détente et l’imaginaire. La vue du partenaire peut être stimulante, la concentration sur les caresses et les touchers aussi (c’est le cortex qui reçoit les messages sensoriels). Toutefois, les fantasmes peuvent donner un véritable boost à votre excitation. Ils seraient « la voie royale vers l’orgasme ». Nous avons tous ces petits films excitants, ces images du passé ou des scénarios qui font monter le désir. Il est essentiel de les explorer, de ne pas se juger par rapport à ceux-ci et de les utiliser à bon escient. Si vous n’avez pas beaucoup développé votre imaginaire, vous pouvez commencer par vous inspirer avec des lectures érotiques.

Exercez-vous

Comme le dit l'expression anglaise, « Practice makes perfect » . Donc, oui, voyez l’atteinte de l’orgasme comme quelque chose qui viendra et non comme quelque chose qui doit absolument arriver le plus rapidement possible. Cela créer un stress qui risque de vous éloigner de l’orgasme. C’est un cheminement et non un but ultime. Donc, avec un peu de pratique dans un but exploratoire et de plaisir, l’orgasme devrait se pointer le bout du nez. L’exercice de « kegel » pour tonifier ou « muscler » le plancher pelvien pourrait aussi aider.

Cliquez ici pour un lien explicatif.

Mais, n’oubliez surtout pas que le clitoris possède 8000 terminaisons nerveuses qui vous aideront à atteindre l’orgasme beaucoup plus facilement qu’avec une stimulation unique du vagin ou des zones érogènes diverses.

Explorez, découvrez et surtout, amusez-vous!

#anorgasmie #orgasme #sexualité

0 vue