Rechercher
  • Valerie Leblanc

Consulter en couple

Mis à jour : avr. 26



Lorsque nous pensons à la thérapie conjugale, nous avons souvent l’impression qu’il s’agit d’un dernier recours avant la séparation ou bien que le couple est en crise. Certains films renforcent cet imaginaire collectif. En tant que thérapeute qui reçoit les couples, j’aimerais apporter un peu plus de nuances et d’informations sur le sujet.


Tout d’abord, il n’y a pas de motif trop petit (ni trop grand) pour consulter. Lorsque vous avez l’impression d’être coincé dans un conflit, lorsque la communication nous donne l’impression de parler deux langues différentes, lorsque de nouveaux éléments de la vie amènent un ajustement difficile à effectuer, que nous avons beaucoup d’amour, mais que la sexualité n’est plus au rendez-vous, lorsqu’il y a eu une infidélité ou simplement lorsque nous avons l’impression d’être déconnecté, consulter en couple peut être une bonne option. En fait, toute situation créant un blocage ou une souffrance peut être un motif de consultation.


La thérapie de couple peut être de courte ou de plus longue durée, selon vos besoins, la nature de la difficulté, sa durée dans votre vie et les objectifs décidés ensemble; mais aussi selon la capacité des individus de s’impliquer, venir de manière régulière et s’ouvrir au processus en confiance. Une bonne alliance avec le thérapeute est un élément important. C’est pourquoi, il faut « magasiner » son thérapeute. Demandez-vous si vous avez une préférence quant au sexe de la personne, son groupe d’âge et visitez son site web pour avoir une première impression.


En thérapie de couple, le patient c’est « le couple ». Le thérapeute ne prend pas parti avec l’un ou l’autre. Il est là pour mettre en lumière les difficultés maintenues par des composantes appartenant à chacun; pour relever les fragilités individuelles qui peuvent créer des problèmes dans la dyade; pour enseigner de nouvelles techniques de communication; pour favoriser une connexion, une alliance et un meilleur équilibre relationnel; pour favoriser une révélation de soi en milieu sécuritaire; pour amener le couple à mieux se connaître, se comprendre, et parfois, prendre des décisions. Cette énumération n’est pas exhaustive, mais englobe certains des principaux éléments travaillés.


Certaines personnes craignent la thérapie de couple, car ils ont l’impression que nous allons sortir les problèmes et amener la relation à la fin. Le but d’une thérapie n’est pas de « sauver » le couple à tout prix, mais elle n’amènera pas un couple à se quitter non plus. Elle devient un moment de mise au point, qui selon la situation, amènera le couple à prendre les meilleures décisions pour lui. L’idée est de favoriser une communication positive, et d’aborder dans un cadre de non-jugement des éléments déjà existants qui sont gérés inefficacement. Mettre des difficultés très longtemps de côté apporte rarement une satisfaction conjugale, et ces difficultés ont tendance à se manifester dans d’autres domaines. Par exemple, un manque de valorisation et un partage des tâches insatisfaisant peuvent amener à une perte de libido. Des frustrations accumulées et évitées peuvent amener à être passif-agressif et à nous déconnecter, etc.


En fait la thérapie de couple est tout simplement un moyen de prendre soin de vous, au pluriel.


Valerie Leblanc, MA

Sexologue et psychothérapeute


Ordre professionnel des sexologues du Québec:

www.opsq.org


7 vues