Rechercher
  • Valerie Leblanc

Difficultés érectiles: l'impact des croyances et de l'apprentissage de la sexualité.

Mis à jour : mai 22

Valerie Leblanc, Sexologue et psychothérapeute.

Photo byPablo HeimplatzonUnsplash


Les difficultés érectiles sont un motif de consultation très fréquent à mon bureau. Je réalise que souvent, la cause n'est pas d’ordre biomédical, mais bien reliée à des systèmes de pensées et à des apprentissages comportementaux néfastes.

Tout d’abord, clarifions une chose : perdre ou avoir de la difficulté à obtenir une érection est un phénomène normal qui peut arriver ponctuellement en lien à différents facteurs circonstanciels tels que la fatigue, l’alcool, un moment de vie stressant, l’anxiété d’une nouvelle relation, etc. Le véritable trouble érectile sera caractérisé par des critères comme:


Lors d’activités sexuelles avec partenaire : 1. Difficulté marquée à parvenir à une érection lors de l’activité sexuelle 2. Difficulté marquée à parvenir à maintenir l’érection jusqu’à l’achèvement de l’acte sexuel (pénétration) 3. Diminution marquée de la rigidité érectile


Et ce, pour une période prolongée accompagnée d’une détresse associée.

Ce que je trouve important d’aborder maintenant est la croyance plutôt généralisée qu’une sexualité réussie comprend toujours une érection ferme qui se maintient jusqu’à l’éjaculation. Beaucoup d’hommes se mettent une grande pression sur les épaules comme si le « succès » de la relation reposait uniquement sur leurs épaules et que de ne pas être « performant » allait créer un échec qui viendra miner leur perception d’eux comme « suffisament homme ». L’enjeu est grand quand on réalise que le plaisir de la relation sexuelle ainsi que la confiance en son identité genral peuvent être affectés. Bien que je comprenne absolument pourquoi on peut voir les choses ainsi, je crois qu’il est nocif de maintenir ce type de croyance.


Une relation sexuelle ce n’est pas qu’un pénis dans un orifice. Le vrai succès de la relation sera subjectif et se basera sur la connexion à l’autre, les sensations ressenties, le plaisir des 5 sens, les émotions et d’autres facteurs de nature interpersonnels et reliés aux préférences personnelles.


L’érection est un phénomène qui se produit lorsque le corps arrive à être détendu et que le cerveau anticipe positivement la relation sexuelle. Le système nerveux parasympathique est celui qui entre en jeu dans la mécanique érectile. Si l’homme a des craintes face à l’érection, qu’il veut trop performer, qu’il ressent une anxiété face au regard de l’autre ou qu’il est dans sa tête plus que dans son corps par exemple, il aura de la difficulté à être détendu et à permettre au sang d’aller dans les corps caverneux et obtenir l’érection. Lorsque l’on est stressé, le sang se dirige vers les organes vitaux comme le cœur. Donc, bien que plus facile à dire qu’à faire, il faut relaxer. Une respiration abdominale peut aider.


« Pour qu’une érection se produise, le pénis a besoin à la fois d’un apport sanguin suffisant et d’une évacuation sanguine ralentie, d’un fonctionnement approprié des nerfs allant vers le pénis et partant du pénis, de quantités adéquates d’hormone sexuelle masculine, la testostérone, et d’un désir sexuel (libido) suffisant ; ainsi un trouble d’un quelconque de ces systèmes peut provoquer une dysfonction érectile (DE). » Irvin H Irsh, Md., 2019.


Les préliminaires trop souvent associés à des envies féminines peuvent vraiment aider le corps de l’homme à se relaxer et permettre de connecter aux stimulus qui feront monter le désir et l’excitation qui amèneront à l’érection. La sexualité se vit d’abord dans le corps, donc prenez un peu de temps pour le préparer.

Autre point majeur relié aux perceptions et pensées pouvant nuire à l’érection : la consommation fréquente de pornographie. Bien que parfois positive et utilisée de manière modérée, la pornographie apporte pour certains des images irréelles basées sur la performance et l’intensité qui nuisent à la confiance en soi et à la conception d’une sexualité saine. J’entends souvent des craintes basées sur des choses qui ont été vues dans des films qui sont truqués, montés, coupés et filmés pour obtenir une émotion forte; des angoisses sur l’apparence des parties génitales, sur la durée que la relation devrait avoir et sur ce qu’un/e partenaire devrait démontrer physiquement et verbalement lorsqu’il/elle a du plaisir. La sexualité qui devient une course à la valorisation personnelle et à l’accomplissement d’un objectif démesuré pourrait entraîner des difficultés érectiles. Rappelons-nous que tout comme les films d’action que nous regardons, les films pornos sont une forme de divertissement et il y a du trucage. Tenter de reproduire ce qui est vu peut apporter une anxiété puisque les critères retenus sont axés sur la performance et parfois sont irréalistes. Une sexualité saine se construit quand on est à l’écoute de soi et de l’autre et que nous connectons à ce qui se passe dans l’ici et maintenant. N’hésitez pas à aller chercher d’autres modèles d’éducation à la sexualité, que ce soit des livres, des vidéos Youtube de professionnels ou même certains comptes sur les réseaux sociaux qui ont comme mission d’offrir une éducation à la sexualité positive. Par ailleurs, l’homme est souvent démontré comme viril et dominant dans ce type de film. L’identité masculine est bien plus large que cela. Soyez vous-même.

Finalement, toujours dans le thème des croyances et comportements pouvant expliquer une difficulté érectile, il y a l’apprentissage au plaisir. Par exemple, le fait de se masturber de manière rapide avec une tonicité forte de manière fréquente peut apporter une difficulté à obtenir une érection lors des relations avec les partenaires puisque les conditions sont différentes. Le corps qui apprend à réagir qu’à des sensations « intenses » aura plus de difficulté à répondre aux caresses plus douces ou variées d’un-e partenaire. La situation peut être similaire si une personne apprend à se stimuler qu’avec un matériel pornographique précis qui n’est pas transférable dans sa réalité avec son ou sa partenaire.

En conclusion, bien que certains facteurs biologiques et de santé sont responsables d’une difficulté érectile, il est important de savoir que notre façon de voir la sexualité et nos modes d’apprentissages peuvent aussi avoir un impact important sur notre manière de vivre la sexualité. Le fait de conscientiser ceci et de faire un travail seul et avec une sexologue peut vous aider à trouver plus de contrôle et de plaisir dans votre vie sexuelle.

Si ce sujet vous intéresse, surveillez mes publications. Le prochain blogue sera sur des moyens de travailler sur la réponse sexuelle grâce aux 3 lois du corps et à l’imaginaire.


Ressources:

Instagram:

- Tu bandes: https://www.instagram.com/tubandes/

YouTube:

2 sexologues: https://www.youtube.com/watch?v=TTJklvHLvi0&t=2s


0 vue